Salut St-Marc, ça y est, la saison est recommencée à la Miellerie de la Grande Ourse. Quelques-uns des employés saisonniers sont déjà en poste pour préparer la saison. La ruche se réveille et les abeilles s’affairent dans tous les sens. Vous comprendrez que je métaphore la ruche pour parler de l’équipe parce que je ne peux en dire autant de nos abeilles. Malgré les quelques jours de doux temps auxquels nous avons eu droit, l’activité apicole n’a pas encore repris. En effet, le couvert de neige de cette année est tellement important que la plupart des ruches ne voient même pas encore le soleil au moment d’écrire ces lignes, pendant le congé Pascal.

L’équipe déjà présente en cette saison ne l’est donc pas pour travailler aux champs mais bien pour préparer la saison. Au menu ces temps-ci : fabrication de matériel apicole pour augmenter le cheptel, semis et repiquage des différents légumes qui garniront vos assiettes cet été et cet automne, développement du nouveau site Web et de la boutique en ligne, fonte de la cire d’abeille, comptabilité et autres paperasseries, etc.

Vous pouvez dorénavant visiter notre nouveau site Web au www.mielgrandeourse.com, j’y mettrai progressivement plein d’articles dont toutes les chroniques des mielleux et bien d’autres. Vous pourrez aussi vous inscrire à l’infolettre qui débutera sous peu dans laquelle vous pourrez trouver plein d’infos intéressantes sur une foule de sujets et des offres promotionnelles à l’occasion.

Ça fait déjà quelques années que nous vendons nos légumes selon la formule des paniers hebdomadaires ASC. Nous augmentons annuellement la quantité de légumes produits, nous sommes donc en ce moment en période de recrutement de nouveaux partenaire; il reste quelques places disponibles. Pour plus d’infos, vous pouvez appeler Sandra à la miellerie, notre super maraîchère en chef.

Je vous explique maintenant comment commence le développement de la ruche en ce début de saison frileux. La reine n’a pas pondu de l’hiver, elle s’est préservée du froid grâce aux ouvrières. Tout est question de thermorégulation et d’apport de pollen au printemps. Les réserves de miel de l’an dernier ne sont pas épuisées mais le pollen se fait rare. À mesure que le pollen sera disponible dans les aulnes, saules et autres arbres à floraison printanière, la reine commencera sa ponte. Elle limitera celle-ci à ce que la colonie pourra garder au chaud. Une trop grande ponte entrainerait la mort du couvain par le froid. Plus il y aura d’apport de pollen et de chaleur, plus elle osera augmenter le nombre d’œufs qu’elle pond à chaque jour.

La ponte atteindra plus de 2000 œufs par jour quand la saison sera bien entamée, au mois de mai. Trois semaines plus tard, ces 2000 œufs auront atteint le stade adulte et les ouvrières commenceront à travailler dans la ruche. Il y aura donc 2000 nouvelles abeilles dans la ruche, à chaque jour. Ceci est un très bref extrait de ce que vous apprendrez quand vous viendrez faire le safari cet été.

L’effort collectif qui doit être mis en place afin de réussir à produire cette quantité de miel et de pollen est énorme. Cet effort ne peut pas être fait par seulement une partie de la colonie afin d’arriver à cette fin, chaque individu doit être dévoué à 100% à la tâche pour que ce résultat exceptionnel soit possible. Imaginez si l’humanité imitait l’abeille, si chacun d’entre-nous agissait avec dévouement afin de sauver l’ensemble de la colonie, la population globale. Imaginez si notre empreinte écologique devenait nulle et même positive, si comme l’abeille, notre présence améliorait l’écosystème au lieu de le détruire. Imaginez ce que nous pourrions être ensemble si nous étions moins seuls!