Bonjour à vous, chers St-Marcoises et St-Marcois, nous voilà enfin rendus à la belle saison, ou presque. Je prends ces quelques lignes aujourd’hui pour vous parler de ce qui se passe à la Miellerie ces jours-ci.

Les hivers se suivent et se ressemblent. Nous avons encore eu droit cette année à un hiver très long avec une grande quantité de neige. Le résultat a été catastrophique sur la survie des abeilles. Nous avons subi encore cet hiver une grande diminution du nombre de colonies, ce qui se reflétera inévitablement sur la production de miel. Le défi de l’apiculture en région nordique est de plus en plus difficile à relever.

Habituellement, nous remplaçons les colonies perdues durant la saison froide en divisant nos ruches-mères pour créer ce que nous appelons des nucléis. Étant donné le faible nombre de ruches-mères actuel, nous avons dû recourir à une technique différente. Nous nous sommes procuré ce que nous appelons des paquets d’abeilles. Il s’agit d’une grappe d’abeilles qui arrive dans une boîte de bois grillagée pour l’aération. Il y a environ 15000 abeilles dans cette boîte, mais pas de reine, la reine est dans une cagette à part. À l’arrivée sur le site, les abeilles et la reine seront introduites dans leur nouvelle ruche. La cagette est introduite dans le paquet d’abeilles mais la sortie de la cagette reste bouchée par un bonbon de sucre. De cette façon, l’introduction de la reine se fait progressivement, les abeilles prennent quelques jours pour réussir à ouvrir la sortie sucrée et libérer leur nouvelle souveraine. Les phéromones sont libérées par la reine durant ces premiers jours et permettent ainsi aux ouvrières de s’habituer à sa présence. Sans cette étape, elle serait considérée comme une intruse et serait tuée sur le champ.

Cette façon d’augmenter un cheptel est loin d’être ma préférée mais était essentielle cette année. Nos nouvelles pensionnaires étaient en train de butiner en Nouvelle-Zélande quelques jours auparavant et la reine est née une semaine plus tôt dans le sud de l’Australie.  Pas très naturel tout ça, mais aux grands maux les grands moyens! Souhaitons simplement ne plus vivre te telles épreuves.

Il y a aussi la saison touristique qui redémarrera bientôt. Chaque printemps, c’est près de 1000 écoliers qui arrivent chez nous en autobus scolaire pour faire la visite safari et 3000 visiteurs au total durant l’été. Il y a donc beaucoup d’automobiles et autobus qui passent sur le site.

Nous avons entamé il y a quelques années une démarche avec le MTQ pour agrandir la zone urbaine à 50 km/h pour y inclure la Miellerie. En effet, les véhicules passants circulent à grande vitesse et quelques accidents sont évités de justesse à chaque année. En attendant cette nouvelle signalisation (pas certain de réussir à convaincre les autorités en place), soyez vigilants svp durant la saison estivale quand vous passez devant les entrées, il y a souvent des autobus et autres véhicules à basse vitesse qui entrent ou sortent du stationnement.

Finalement, je vous rappelle que la boutique est ouverte en ce moment du lundi au vendredi de 9h à 17h. Il nous arrive aussi d’être présents les fins de semaines, dans ce cas, arrêtez-nous voir, il nous fera plaisir de vous ouvrir la boutique. Nous avons plusieurs produits transformés en plus du miel. Bientôt, nous recommencerons à faire du pain et aurons des légumes en boutique. En ce moment, nous avons aussi des plants de légumes pour vos serres et jardins. Plusieurs produits régionaux seront aussi disponibles comme Gasper, Fromagerie Au Village, Fromabitibi, Boréalait, Verger des Tourterelles, Éden Rouge, Feuille de Lune, Trésors Boréals, Saucisses du Lac, etc. Nous aurons aussi des nouveautés cette saison. On vous attend avec vos familles et vos amis.